Sld
Camille Octave Louis Rapin

Informations sur naissance

Date de naissance:
08/05/1895
Lieu de naissance:
Versailles, Seine-et-Oise, France

Informations générales

Dernière résidence connue:
Melun, Seine-et-Marne, France
Profession:
Dyer's labourer
Religion:
Roman Catholic

Informations service militaire

Pays:
France
Force armée:
Armée de terre
Rang:
Soldat de deuxième classe
Numéro de service:
7795
Incorporation date:
17/01/1915
Incorporation nom de lieu:
Saint-Omer, Pas-de-Calais, France
Unités:
 —  33ème régiment d'infanterie  (Dernière unité connue)

Informations sur décès

Date de décès:
31/07/1917
Lieu de décès:
Ferme Zuidhuis, Oostvleteren, Belgique
Cause du décès:
Died of wounds (D.O.W.)
Âge:
22

Cimetière

Nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette
Parcelle: Inconnu
Rangée: Inconnu
Tombe: 4483

Points d'intérêt 4

#1 Lieu de naissance
#2 Dernière résidence connue
#3 Lieu d'enrôlement
#4 "Lieu de décès"

Complément d'informations

Camille Octave Louis Rapin est né le 8 mai 1895 à Versailles, avec sa sœur jumelle Paule. Ses parents étaient teinturiers de tissus. Rapin senior était originaire de Payerne, dans le canton de Vaud, en Suisse, et s'est ensuite installé en France, où il a rencontré Emélie Pilot. Ils se sont mariés en 1888 à Versailles et ont eu six enfants, dont deux sont morts avant d'avoir atteint l'âge de deux ans. Outre sa sœur Paule, Camille a un frère Marcel, de quatre ans son aîné, et un frère Robert, de neuf ans son cadet.

Lorsque la guerre éclate, le teinturier Camille est enregistré comme habitant de Melun, au sud-est de Paris. Camille Rapin, âgé de dix-neuf ans, a reçu ses papiers d'appel en décembre 1914. Camille Octave Louis Rapin, soldat de deuxième classe, est affecté au 33e Régiment d'Infanterie, 2e Compagnie de Mitrailleuses. En octobre de la même année, il est déployé sur le front de l'Aisne. Deux explosions de mines allemandes lui font immédiatement subir un baptême du feu. Son régiment participe ensuite à la bataille de Verdun en mars 1916 et à la bataille de la Somme en septembre 1916. De février à avril 1917, il se retrouve dans le feu de l'action au Chemin des Dames. Puis, en juin 1917, le régiment fait route vers les Flandres.

Le 31 juillet, au début de la bataille de Passchendaele, le 33e Régiment d'Infanterie (51e Division française) est prêt à monter une attaque. Il a été chargé de prendre Bikschote. Au cours du 30 juillet 1917, les troupes ont pris position derrière le canal. Dès la tombée de la nuit, les ingénieurs commencent à poser des passerelles sur l'eau. L'attaque devait être lancée à 3 h 58, avec pour objectifs les tranchées de Kortekeer et de Bikschote, ainsi que les positions avancées de la Ferme André Smits et de la Ferme du Cimetière - des objectifs qui se sont avérés plus éloignés que ce qui avait été initialement prévu.

Un peu après trois heures du matin, les troupes sont sur leurs positions, prêtes à attaquer. À ce moment précis, les Allemands ont ouvert le feu, et plusieurs hommes ont été tués et des ponts détruits. Néanmoins, l'attaque a commencé comme prévu. L'infanterie suit méticuleusement le barrage d'artillerie et le premier objectif, les tranchées de Casque, est pris sans trop de problèmes. Le deuxième objectif, la Ferme Cheurot, est pris un peu plus tard et les tranchées de Kortekeer ne présentent aucune difficulté. Plusieurs patrouilles ont été envoyées en reconnaissance dans le village de Bikschote, qui a également été pris. Un poste avancé est établi à la Ferme André Smits. Cependant, les Allemands tiennent toujours fermement la Ferme des Lilas toute proche. Le 1er août, le poste avancé est finalement abandonné, en raison de sa position isolée et de la proximité des forces allemandes.

Au cours de l'attaque, Camille Rapin est blessé. Il est évacué vers l'hôpital de campagne 8/1 à Zuidhuis à Oost-Vleteren, où il meurt de ses blessures. Aujourd'hui, il est commémoré par une tombe individuelle (4483) au cimetière militaire français de Notre Dame de Lorette en France.

Sources 4

Journal de marches et d'opérations: 33e régiment d'infanterie (Direction des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives, Paris (DPMA), 26 N 606/2).
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/
Sources utilisées
Les registres matricules et listes cantonales numérisés (classes 1867-1921) (Archives départementales du Pas-de-Calais, Dainville)
https://www.archivespasdecalais.fr/
Sources utilisées
Morts pour la France de la Première Guerre mondiale (Direction des Patrimoines, de la Mémoire et des Archives, Paris (DPMA))
https://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/
Sources utilisées
N.N., Historique du 33e Régiment d’Infanterie pendant la Grande Guerre 1914-1918 (Paris, Imprimerie J. Dumoulin, 1920), 28-31.
Sources utilisées